vrlks_header_volker-left-gross-audience-hub

Volker Römermann – Law Keynote Speaker reçoit le titre de Certified Speaking Professional (CSP) de la NSA

nsa-csp-logoIl est avocat, professeur honoraire à l’université Humboldt de Berlin, Keynote-Speaker et un orateur talentueux. Et par dessus tout, il sera bientôt récompensé du Certified Speaking Professional. La National Speakers Association (NSA) américaine décerne au Prof. Volker Römermann le prix de Certified Speaking Professional. Il fait ainsi désormais partie des meilleurs orateurs au monde.

Moins de 10% des milliers de membres que compte la National Speakers Association reçoivent cette distinction. Dans l’espace germanophone, seuls douze orateurs ont reçu cette récompense, contre 35 par exemple au Canada. Les critères de sélection sont clairement définis. Il faut pouvoir justifier d’un certain nombre minimum de clients, de conférences et d’excellentes évaluations pour pouvoir être pris en considération pour la nomination à la distinction de Certified Speaking Professional. Le Professeur Römermann s’est montré très ému avant la remise : « Je suis très honoré de pouvoir recevoir cette distinction de la National Speakers Association. C’est un immense compliment, et une très grande reconnaissance de mon travail de ‘Professional Speaker’. »
La National Speakers Association est considérée comme le leader pour les formateurs professionnels et les référents aux USA. Depuis sa création en 1973, elle propose à ses membres une large offre de supports et formations complémentaires qui permettent d’optimiser en permanence les capacités des conférenciers. Une fois par an a lieu la convention NSA, qui propose un vaste programme composé d’ateliers, de rencontres Networking et de soirées à l’occasion desquelles le CSP est décerné. Cette année, la convention se tiendra fin juin à San Diego en Californie.

L’intégration et le pouvoir des « comités » dans la négociation

Les négociations de coalition entre CDU, CSU et SPD ont été très longues. Au final, c’est le SPD, qui avait pourtant enregistré l’un des pires scores de son histoire, qui est ressorti largement vainqueur de ces négociations. Comment cela a-t-il été possible ? Le président du SPD, Sigmar Gabriel, avait misé sur le « comité » : Une stratégie souvent employée par les banques. Un troisième pouvoir qui ne s’assied pas autour de la table, qui ne peut pas être influencé par les partenaires de la négociations, et dont il ne connaît pas la composition ni le point de contact, décide du devenir d’un contrat. Chez les banques, ce sont les comités qui décident de l’attribution de crédits. Au SPD, tout le monde était tout à coup membre : Une masse anonyme à laquelle Angela Merkel ne pouvait pas s’adresser directement. Tout le monde le savait : Si aucune ébauche de contrat attrayante n’est présentée aux membres, ils les refusaient – même si Sigmar Gabriel lui-même aurait été en cette faveur. La Chancelière également a été forcée de se plier aux volontés du SPD, et non pas de convenir d’un pacte avec un cercle fermé constitué de quelques partenaires de négociation.

Code pénal des associations – Le dernier projet législatif promouvant la Compliance

VerbStrG ou Verbandsstrafengesetzbuch (Code pénal des associations), voila le titre du dernier projet législatif de promotion de la Compliance en Allemagne. C’est le gouvernement régional du Land de Rhénanie-du-Nord Westphalie qui l’a lancé, l’a présenté le 14 novembre 2013 à l’occasion de la Conférence des ministres de la justice d’automne. L’ébauche sera présentée sous peu au Conseil fédéral . Les « associations », c’est-à-dire les entreprises de tout type, devraient désormais être punissables. Amendes (jusqu’à 10% du chiffre d’affaires), exclusions de subventions, exclusions d’offres publiques, publication de la pénalité (« pilori »), et même « peine de mort » (suppression de l’entreprise) pourront être prononcées. Ce ne sera pas le cas si l’entreprise s’est protégée (d’une manière qui n’aura donc pas fonctionné parfaitement) Dans ce cas, l’instance juridictionnelle sera en mesure d’adoucir voir de supprimer la peine. Cette loi a pour but de promouvoir la création de systèmes de Compliance même par les moyennes entreprises. La toute première publication parue à ce sujet dans les revues spécialisée est signée par Prof. Dr. Volker Römermann et peut être lue dans le cahier 1 de la revue « GmbH-Rundschau » (la revue des SARL) 2014 (GmbHR 2014, p 1).

Keynotes zu Compliance und Verhandlungsmanagement